Leap Motion : Révolution ou gadget ?

3
18 janvier 2013 // Tendance

La question qui se pose face à cette nouvelle technologie c’est bien évidemment : est-ce que notre pratique de l’informatique va se retrouver révolutionnée avec l’arrivée du Leap Motion ? Ou au contraire, est ce qu’on se trouve là encore face à une très belle technologie, très gadget qui se vendra à la pelle (à n’en pas douter) mais qui à l’usage se retrouvera délaissée quelques mois plus tard ?
Dans tous les cas la technologie Leap Motion semble avoir été déjà adoptée par le constructeur Asus, nous pourrions donc voir ce petit bijou de technologie sur nos bureaux dès cette année ! Alors autant savoir dès maintenant s’il vaut la peine qu’on investisse dedans…

conceptLE CONCEPT

Pour ceux qui auraient ratés les technologies présentées lors du CES de cette année, le Leap Motion, en quelques mots c’est un petit boîtier à ajouter à son ordinateur qui permettrait de le contrôler par les simples mouvements de sa main. Au placard les souris. Démodés les Trackpad multi points. Place à la relation directe homme-machine !
Si vous avez toujours rêvé de manipuler votre ordinateur à la manière de Tom Cruise dans Minority Report, alors Leap Motion est fait pour vous !!
Si vous n’arrivez pas encore à vous représenter l’objet avec la petite description introductive, le mieux reste encore de voir concrètement en quoi ça consiste avec cette petite vidéo de démonstration :

Ou sinon, directement sur le site du créateur à l’adresse suivante : leapmotion.com (où il est d’ailleurs possible de pré-commander le fameux boîtier !)

plusLES PLUS

D’après les caractéristiques techniques de l’appareil, on se retrouverait avec un outil de très haute précision. Fini les 2 ou 3 doigts reconnus par les Trackpad, Leap Motion serait capable de suivre les 10 doigts de la main de l’utilisateur. Le tout à une fréquence de 290 images / secondes. Et attention, le petit détail qui fait certainement toute la différence à l’usage : Leap Motion serait capable d’assurer un suivi de mouvement avec une précision au  1/100e de millimètre.
Oui, je vous entends le penser et vous avez raison : les outils de suivi de mouvement que l’on connaît jusque-là (WII / Kinect) sont totalement à la ramasse à côté de ce monstre de précision.
Un des plus non négligeables de l’outil reste incontestablement son prix. Avec un gadget aussi puissant, aussi « fun » et aussi design, on serait en droit de s’attendre à ce qu’ils se fassent plaisir sur les tarifs (d’autant que la demande pour ce genre de contrôleurs sera probablement très forte !). Mais les concepteurs du Leap Motion ont fait le choix de le vendre à 70$ en pré-commande – rien n’indique que le prix n’augmentera pas plus tard.
Evidemment, ce prix paraît peu élevé en comparaison des accessoires design auxquels on est habitués aujourd’hui. Un grand merci à Apple de faire désormais passer tous les gadgets hors de prix pour abordables.

limitesLES LIMITES

Tiens, étrangement, quand on lit un peu ce qui se dit sur le Leap Motion, on trouve très très peu de critiques négatives. Pour tout vous dire je n’en ai pas trouvé personnellement. Je vais donc endosser ce rôle d’avocat du diable et chercher la petite bête dans ce merveilleux outil qu’est le Leap Motion.
La principale limite que l’on peut envisager dans ce dispositif, c’est tout simplement celui de l’ergonomie. Effectivement, rien à redire là-dessus, c’est certainement extrêmement drôle et stimulant de pouvoir manipuler des photos, et même son ordinateur de manière générale, rien qu’en déplaçant ses mains dans l’air. La communion avec la machine, toussa toussa… mais ça, ça vaut 5 minutes. Combien de temps pensez-vous rester les bras en l’air à gesticuler pour diriger votre ordinateur ? Sans parler de problèmes de santé, pensez-vous réellement qu’agiter ses mains en l’air soit réellement ergonomique pour des travaux de longue durée ? Imaginez vous un graphiste travailler de longues heures sur sa création avec les bras en l’air ? La fatigue musculaire doit se faire sentir bien plus rapidement qu’avec les dispositifs que l’on connaît actuellement.
Ensuite, si on compare une fois encore avec les installations auxquelles nous sommes habitués, se pose la question de la précision. Non pas de la précision de l’outil lui-même qui semble atteindre des sommets de précision à peine imaginable. La vraie limite de l’appareil, c’est un peu ce qu’on appelle le PEBKAC (Problem Exists Between Keyboard and Chair ). Autrement dit comment être suffisamment précis avec les mains en l’air, posées sur aucun support ?
Quand on dirige une souris, on a le poignet posé sur une table. Quand on écrit, le stylo est posé sur la feuille, et le coude est lui aussi posé. Avez-vous déjà essayé d’écrire debout contre un mur ? C’est déjà plus difficile. Alors ceux qui ont tenté l’expérience d’écrire à la volée sur une feuille sans aucun support peuvent imaginer la difficulté qu’il doit y avoir à gérer un outil tel que le Leap Motion avec précision.

conclusionCONCLUSION

On se retrouverait ici encore confronté non pas aux limites de la machine, mais à celle de l’être humain, qui tremble, qui manque de précision, bref en un mot, qui ralentit la machine et la rend imparfaite.
Le Leap Motion se présente incontestablement comme un nouveau rapport entre l’homme et la machine. Un nouveau rapport plus fusionnel, plus ludique, et libéré du contact physique avec un objet. Bref plus marrant. Mais nous sommes en droit de nous demander si à l’usage, cet outil se révélera véritablement utile, ou si il amusera la communauté geek / bobo quelques mois, le temps que l’on invente une nouvelle souris plus ergonomique.

Malgré toutes nos spéculations, seul l’usage pourra nous confirmer l’utilité ou non de cet objet. Dans tous les cas, étant donné les promesses qui sont associées au Leap Motion et le prix auquel il a été fixé, il y a fort à parier pour qu’il fasse un tabac dès sa sortie auprès du grand public.

Affaire à suivre…

3 Comments

  1. Salut le Web ! (ha, ha, ha, ha … Hum, pardon).

    Encore un très bon article (bravo) au sujet passionnant…
    A l’instar de la 3D, le package reconnaissance de mouvements, réalité augmentée et autres appréhension de l’espace par voie informatique se cherchent encore et oscillent entre ambitions démesurées et réalisme terre-à-terre.
    Bref, permets-moi d’te dire à toi, Salut le Web, que je suis en désaccord avec ton dernier point (où tu démontes gentiment le Leap Motion). Cette critique suppose que nous gardions les mêmes habitudes qu’autrefois, à savoir un ou deux périphériques grand max pour contrôler nos bécanes avec notre postérieur posé sur une chaise. Certes. Mais le Leap Motion est loin d’être seul et son utilisation ne se révélera vraiment intéressante que lorsqu’il sera couplé à d’autres objets : ajoutons-y une reconnaissance vocale grandement améliorée et nous voilà avec un simulacre de conversation afin de prendre le contrôle de l’ordinateur (et là, symbiose !). Utilisé dans le cadre de la domotique, il serait facile de prendre le contrôle de sa maison grâce à un ou plusieurs Leap Motion disposé à des endroits clés; lors de réunions et de travaux en groupe, utilisons un dispositif de reconnaissance faciale pour que chacun travaille sur un même tableau; etc.

    Les utilisations possibles sont encore nombreuses … Et si la vraie question à se poser n’est pas tant de savoir si ce fameux Leap Motion sera utile ou non, mais plutôt d’imaginer toutes les habitudes qui en résulteraient ?

    Bien à toi Salut le Web, and eep up the good work !

  2. En fait je suis totalement d’accord avec toi ! Le Leap Motion ouvre des possibilités très larges, mais pas dans le contexte actuel et avec les usages que l’on a aujourd’hui de l’informatique.

    Le fait même de réussir à rendre grand public (financièrement parlant) une telle technologie, en soi c’est déjà un grand pas en avant.

    Je me demande seulement si ce n’est pas un « trop grand » pas en avant par rapport à une pratique de l’informatique qui reste résolument classique.

    Le développement de la domotique que nous a laissé espérer le CES 2013 pourrait être une piste très intéressante pour tirer profit de cette nouvelle technologie…

    Mais je reste quand même sur ma position : « Affaire à suivre… » :-)

    Gauthier

  3. Pingback: Les tendances 2013 par Deloitte | Salut le Web

Leave a Comment